Internet

  • ADSL : (Asymmetric Digital Subscriber Line) fournit un débit asymétrique. Le débit de données montant d’une liaison ADSL (upload) est plus faible que le débit descendant (download). Elle repose sur une ligne téléphonique, une ligne spécialisée, ou encore une ligne RNIS (ISDN). L’ADSL nu ou le dégroupage permet d’accéder aux services Internet (accès à Internet, VoIP), sans abonnement de ligne téléphonique.
  • SDSL : (Symmetric Digital Subscriber Line) propose des débits symétriques en réception (download) et en émission (upload). Avec une ligne SDSL, contrairement à une ADSL, on associe des services garantis : niveau de débits symétriques à 100% du temps, GTR (Garantie de Temps de Rétablissement).
  • VDSL :  Le VDSL (Very High Bit Rate DSL) est capable de supporter, sur une simple paire torsadée, des débits de 13 à 55 Mbps en download et de 1,5 à 6 Mbps en upload, ou, en connexion symétrique un débit de 34Mbps dans les 2 sens. Pour fonctionner, le site à raccorder doit se trouver à moins d’un kilomètre du point de raccordement.
  • Fibre  optique : (et ses déclinaisons FTTH, FTTE) repose matériellement sur un fil en verre ou en plastique très fin qui conduit la lumière sur de très grandes distances à une très grande vitesse. On peut ainsi établir une liaison en fibre optique sur des milliers de kilomètres. Le signal lumineux qu’elle fait transiter est capable de transmettre une grande quantité d’informations. On est ainsi sur un support très haut débit , jusqu’à 100 Mbps et plus. La fibre optique possède aussi l’avantage d’être naturellement insensible à des perturbations électriques extérieures. Ne pas confondre FFTH et FTTE, la première étant destinée à des particuliers  (le débit ne sera pas garanti), la seconde à des professionnels (le débit sera garanti).

Les commentaires sont clos.